Afficher la carte

Fais ta Valise
mai30 2014

Battleship Island: l'île fantôme


Voyage

Catégories : Japon

Tags : Japon, Nagasaki, bateau, mer, océan, nature, île, excursion, société

Statistiques : 15812 visites

Photo: Huffingtonpost
Photo: Huffingtonpost

Explorer des ruines de béton, s’aventurer dans des maisons abandonnées, figées pour l’éternité, s’imprégner des âmes qui ont jadis peuplé les lieux… les villes fantômes intriguent et attirent le voyageur comme un aimant. Comme si poser le pied dans un lieu abandonné réveillait son histoire passée. Comme si, en explorant un lieu autrefois plein de vie et aujourd’hui silencieux et immobile, nous incarnions un explorateur découvrant un nouveau territoire.

Flickr

Flickr

La recherche de l’inconnu, de l’insolite, le besoin de frissonner devant un jouet d’enfant vieillissant au milieu des gravats, poussent de nombreux voyageurs à s’aventurer dans des villes fantômes. Lieux abandonnés subitement, à la suite d’une catastrophe ou d’un exode, ces villes de béton mort attirent inexorablement les curieux. Pripiat, en Ukraine, décimée après l’explosion du réacteur nucléaire de Tchernobyl. L’Eastern State Penitentiary à Philadelphie, pénitencier abandonné et dont les cellules n’ont pas bougé depuis. Ou encore la ville minière de Kadykchan en Russie, qui a subi un exode massif après la fermeture des exploitations de charbon.

Flickr

C’est précisément ce qui s’est passé sur la petite île d’Hashima, au Japon. Elle est également appelée Gunkanjima ou encore «Battleship Island» en raison de sa forme rappelant un navire de guerre. Située à quelques 20km de la côte de Nagasaki, l’île a été exploitée durant près d’un siècle pour ses importantes ressources en charbon. Mitsubishi racheta l’île en 1890 et y fit s’installer la main d’œuvre nécessaire pour exploiter ses mines. Durant l’âge d’or d’Hashima, après la 2e Guerre Mondiale, la petite île était extrêmement peuplée et on y trouvait même, en 1959, la plus haute densité de population au monde! De nombreux immeubles furent construits pour y loger les mineurs et leurs familles.

On peut distinguer au loin la forme de navire de guerre de l'îleFlickr
On peut distinguer au loin la forme de navire de guerre de l'île

Cependant, le charbon fut bientôt remplacé par le pétrole pour alimenter les ménages japonais. La baisse de l’activité minière provoqua le départ rapide et massif des plus de 5'000 insulaires. Les derniers habitants furent évacués en 1974, et l’île resta abandonnée depuis. Jugée dangereuse en raison des nombreuses ruines et des immeubles sur le point de s’effondrer, Hashima a été interdite d’accès jusqu’à très récemment. Depuis 2009, il est enfin possible de se rendre sur Battleship Island !

Flickr

Flickr

Flickr

Plusieurs bateaux font la liaison pour y déposer les touristes. Malheureusement, le parcours y est balisé, il n’est donc pas possible de s’y promener comme on veut. Pour la version «aventure» de la visite, je vous encourage à lire l’étonnant et passionnant article de Gakuran, qui a trouvé le moyen de contourner les visites touristiques pour explorer l’île à sa guise et en ramener de magnifiques clichés. Je vous parlerai pour ma part de la visite «classique», celle que l’ont fait en réservant une place dans un bateau pour une excursion d’une demi-journée. Le tour y est très encadré, officiellement pour des raisons de sécurité, mais j’imagine que les autorités souhaitent surtout garder le contrôle des visites et éviter que tout le monde se promène dans les ruines. Pour les fans de James Bond, vous trouverez des images hors du parcours balisé dans une scène de Skyfall, qui a été tournée à Hashima.

Daniel Craig sur Hashima
Daniel Craig sur Hashima

Pour la visite, rendez-vous au port de Nagasaki, où vous embarquerez pour environ une heure de navigation avant d’approcher les côtes de Battleship Island. Attention, le tour est guidé… en japonais, pour des japonais ! Nous étions les seuls étrangers et bien sûr ne comprenions pas un mot des explications données. Dommage ! A ma connaissance, il n’y a pas de tour guidé en anglais. Pensez-donc à vous renseigner sur l’île avant le tour !
Arrivés sur l’île, nous suivons le guide qui donne toujours ses explications en japonais. Malgré le parcours balisé, les barrières et les explications que je ne comprends pas, il est tout de même impressionnant de se plonger dans l’ambiance fantomatique du lieu. Un silence pesant, le cri des corbeaux qui résonne contre les parois des immeubles, faites de béton nu et gris, les gravats, le sol en friche… Je vois défiler devant mes yeux des scènes de vie quotidienne de l’époque : des enfants jouent et se chamaillent devant moi, des mineurs se pressent, le visage noir et fatigué, pour rejoindre la mine. Partout, des gens, de la vie… puis c’est le retour à la réalité, avec ce désert de béton mort.

Photo: Gakuran.com
Photo: Gakuran.com

Photo: Gakuran.com
Photo: Gakuran.com

Hashima fait partie de ces lieux magnétiques, où l’on a envie d’aller sans trop savoir pourquoi. La visite traditionnelle en groupe est certes un peu décevante car les accès à l’île sont très restreints et il n’est pas possible de s’y promener librement, mais cela donne toutefois une bonne première approche. De quoi s’ouvrir l’appétit pour d’autres visites fantômes!

Flickr

Flickr

Infos pratiques:

Pour touver un tour, direction le port de Nagasaki où plusieurs compagnies organisent des excursions, en général deux fois par jour. N'hésitez pas à demander conseil à votre hôtel, la plupart des informations étant en japonais. Les tarifs tournent autour de 50CHF/40€ pour un adulte. Les explications sont en japonais, mais on vous remettra un petit guide explicatif en anglais. Si vous souhaitez réserver le tour en avance, vous pouvez par exemple vous adresser à cette agence.

Et vous? Amateur de villes fantômes? En avez-vous déjà visité une?

Partager sur Facebook Partager sur Twitter << Retour au menu

Liste des commentaires

Poster un commentaire

Pseudo/Nom*

E-mail* (votre adresse ne sera pas publiée)

Site web

* Username :

Message*

Me prévenir des prochains commentaires de cet article par email

* Champs obligatoires